Gabon: Un vice-président du Sénat Convoqué à la gendarmerie

Invité du journal Afrique de TV5 MONDE, lors de son séjour à Paris le 19 Octobre dernier, le sénateur Jean Christophe Owono Nguema, 6e vice-président du Sénat s’est exprimé de façon ouverte.

Jean-Christophe-Owono-Nguema-Africapostnews1

Il a dénoncé le projet de révision constitutionnelle adopté en septembre dernier par le gouvernement gabonais et appelé ses concitoyens à se lever pour défendre la constitution.

Toujours lors de cet entretien, Jean-Christophe Owono Nguema a appelé à « contrer le chef de l’État sur le terrain » et dénoncé la « monarchisation » du Gabon, en référence au projet de révision de la Constitution qui agite la classe politique gabonaise depuis une semaine.

Appel et faits considérés comme dangereux par les autorités gabonaises qui ont vu nécessaire de convoquer le Sénateur à la Gendarmerie.

La section anti-criminalité de la direction générale des recherches lui a remis une convocation pour affaire le concernant.

convocation

Ce à quoi, le parlementaire refuse d’obtempérer, faisant valoir son immunité parlementaire garantie par l’article 38 de la constitution.

« aucun membre du parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ».

«  Tout parlementaire ne peut, pendant la durée des sessions, être poursuivi, recherché ou arrêté en matière criminelle, correctionnelle ou de simple police qu’avec l’autorisation du bureau de la chambre intéressée, sauf en cas de flagrant délit ou de condamnation définitive. La détention ou la poursuite d’un membre du parlement est suspendue jusqu’à la fin de son mandat, sauf en cas de levée de l’immunité parlementaire  ».

Publicités

Zimbabwe: Grace Mugabe se fait arnaquer

Pour marquer l’anniversaire de mariage du couple Mugabe, l’épouse du président zimbabwéen commande un cadeau à un homme d’affaires libanais Jamal Joseph Ahmed, une bague de 100 carats, d’une valeur évaluée à 1,35 million de dollars .

grace-mugabe_0

Selon le quotidien The Herald, en lieu et place du bijou attendu, la Première Dame se serait vue remettre une « pacotille ».

Le moment de la livraison arrivé, elle se rend compte de la supercherie, refuse de prendre la bague et en lieu et place, engage des procédures judiciaires contre l’homme d’affaires, Jamal Joseph Ahmed.

Depuis, Grâce Mugabe, demande à l’homme d’affaires de lui rembourser son argent.

De sources sures, l’homme d’affaires aurait effectué un premier remboursement de 120 000 dollars et négocié un programme de versements par échéances pour le reliquat de 1,23 million de dollars.

Joseph Ahmed se plaint de n’être pas en sécurité et de recevoir des menaces de toutes sortes, menaces qu’il attribue aux services de renseignements zimbabwéens et à la famille du président.

Ce résident permanent au Zimbabwe est aujourd’hui introuvable, il se serait enfui du pays.

Benin: Grogne des étudiants suite à la suppression de la gratuité à l’université

La ministre béninoise de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Marie-Odile Attanasso, a annoncé la fin de la gratuité des établissements publics d’enseignement supérieur.

universite-abomey-calavi

Lors du lancement de la rentrée académique, Mme Marie Odile Attanasso, a annoncé que les étudiants désirant s’inscrire au premier cycle des universités publiques devront s’acquitter de leurs droits d’inscription, annulant ainsi la gratuité des inscriptions décrétée il y a quelques années par le gouvernement précédent.

« À partir de cette rentrée 2017-2018 et pour donner un peu plus de moyen aux universités, le Bénin rentrera dans la phase de suppression de la gratuité et d’application des frais d’inscription fixés dans l’espace UEMOA, soit 25 000 francs CFA [38 euros] pour le 1er cycle, 50 000 F CFA pour le second cycle et 75 000 F CFA pour le 3e cycle. Ces réformes vont permettre à notre pays, naguère Quartier Latin de l’Afrique de redorer son blason et d’avoir un système d’enseignement supérieur, proche de la perfection » , a-t-elle déclaré, le 2 octobre, à l’occasion de la rentrée solennelle de l’enseignement supérieur.

Pour la Fédération nationale des étudiants du Bénin (Fneb), l’Union nationale des Etudiants du Bénin (Uneb) et l’Union nationale des scolaires et étudiants du Bénin (Unseb), ce n’est plus l’affaire des seules organisations estudiantines, mais plutôt de tous les étudiants. Chaque étudiant pris individuellement est concerné et n’accepterait, sous aucun vocable de réforme soit-elle, qu’on touche à ses acquis.

USA – Tchad: Trump interdit l’entrer à son pays à tous les tchadiens

Les ressortissants tchadiens ne pourront plus franchir les frontières américaines à partir du 18 octobre prochain. Ainsi en a décidé le président américain Donald Trump qui vient d’inscrire le Tchad sur sa liste noire.

Trump-et-Déby

La Corée du Nord, le Venezuela et le Tchad ont été intégrés, dimanche 24 septembre, à la liste des pays visés par le décret migratoire américain pour des manquements à la sécurité sur leurs voyageurs et un manque de coopération avec Washington.

« Rendre l’Amérique sûre est ma priorité numéro un. Nous n’accepterons pas dans notre pays ceux que nous ne pouvons pas bien contrôler« , a indiqué le président américain Donald Trump dans un message sur Twitter.

 

Dans son décret publié ce mardi, la Maison-Blanche motive sa décision : « Le gouvernement du Tchad est un partenaire important et appréciable des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme mais  le Tchad n’a pas pu satisfaire à toutes nos exigences en matière de sécurité, et plusieurs groupes terroristes sont actifs sur son territoire. »

Côte d’Ivoire: Ils mettent les policiers en fuite et s’emparent des armes

Des hommes armés ont attaqué un commissariat de police dans la commune populaire d’Abobo, dans le nord d’Abidjan, a-t-on appris de source sécuritaire.

Commissariat

Ils se sont emparés d’armes, sans faire de blessés.

À proximité du commissariat, plusieurs témoins ont indiqué ne rien avoir remarqué. « On était là. On n’a pas entendu de coups de feu ni rien. C’est après qu’on nous a dit qu’il s’était passé quelque chose », a indiqué un homme, dont le commerce est situé en face du commissariat. « On nous a dit que des jeunes étaient venus en moto et se sont emparés des armes ».

« Des individus armés ont attaqué le commissariat du 34e arrondissement à Abobo sans faire de dégâts corporels (pas de blessés). Ils ont mis les policiers en fuite. Ils se sont emparés d’armes », a affirmé notre source sous le couvert de l’anonymat.

Il est à noter que c’est pas le premier cas du genre, le 19 juillet, des hommes armés avaient pris d’assaut l’école de police d’Abidjan, dans le quartier huppé de Cocody, s’emparant d’armes avant une fusillade avec les forces de l’ordre (un mort) pendant leur fuite. Au moins quatre autres attaques –moins importantes, sans blessés– ont suivi: Azaguié (22 juillet), Fresco (29 juillet), Adzopé (4 août) et Songon (3 septembre).

Afrique du Sud: 235 personnes mortes en 5 jours seulement

Ce week-end, l’Afrique du Sud célèbrait l’Heritage Day, la Fête du Patrimoine, c’est une période connue pour être particulièrement meurtrière sur les routes sud-africaines et ceci chaque année. Le pays fait partie des plus touchés par les accidents de la route, souvent dus à l’alcool.

acc1

Depuis vendredi soir, au moins 23 personnes sont décédées sur les routes d’Afrique du Sud. L’Heritage Day est réputé pour son lot d’accidents de la route, mais peut-être pas autant que la semaine de Pâques, où 235 personnes ont perdu la vie au volant en 5 jours cette année.

Avec 14 000 morts tous les ans, l’Afrique du Sud est un des dix pays où l’on meurt le plus sur la route, mais encore loin derrière la Thaïlande ou l’Iran par exemple.

C’est surtout le pays où l’on meurt le plus à cause de l’alcool au volant, selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé. Elle estime à 60% les collisions dues à l’alcool.

Mardi dernier, pour montrer l’exemple, le tribunal de Durban a condamné un chauffard à 20 ans de prison pour avoir tué 3 jeunes femmes alors qu’il conduisait ivre.

Mozambique: Les albinos en danger pour cause de « Trafic d’organes d’albinos »

Les crimes contre les albinos sont courants au Mozambique, leur corps étant associé à des rituels censés apporter chance et richesse.

albinos-696x363

Plus de 100 attaques d’albinos en trois ans. Le drame, qui s’est produit mercredi, dans la province de Tete, a été confirmé par la police.

« Nous avons lancé une opération pour arrêter les responsables de ce crime macabre », a déclaré Lurdes Ferreira, une porte-parole de la police de la province de Tete.

Un adolescent albinos de 17 ans a été retrouvé mort, affreusement mutilé, a rapporté samedi l’agence de presse mozambicaine AIM.

«Le corps a été retrouvé amputé de certains membres. Les criminels ont emporté les os des bras, des jambes, les cheveux, et ils ont fracassé le crâne pour prendre le cerveau», a affirmé un responsable local.

Chaque année, dans toute l’Afrique, des albinos sont pourchassés, tués et amputésde leurs membres qui sont ensuite utilisés pour des rituels censés apporter richesse et chance.

Un phénomène qui a pris une ampleur encore plus grande récemment dans le sud et l’est du continent, notamment en Tanzanie, au Malawi et au Mozambique, où les attaques se comptent par dizaines et n’épargnent pas les très jeunes enfants. Selon l’ONU, plus de cent attaques contre des albinos ont été recensées au Mozambique depuis 2014.

 

Burundi: l’ONU crie aux Crimes contre l’humanité

 

Il y a bien eu des crimes contre l’humanité au Burundi en 2015 et cela continue, selon la conclusion d’un rapport d’experts indépendants de l’ONU, remis mardi au Conseil des droits de l’homme à Genève.

des-soldats-burundais-se-retirent-d-un-quartier-de-bujumbura-apres-une-operation-de-police-le-1er-juillet-2016_5686019

Le rapport final de la Commission d’enquête de l’ONU sur les violations des droits de l’Homme au Burundi, publié cette semaine au moment où les dirigeants de la planète se retrouvaient dans l’enceinte des Nations Unies à New York, détaille les terribles violations commises par le régime du président burundais, Pierre Nkurunziza, pour se maintenir au pouvoir – malgré l’interdiction expresse inscrite dans l’accord de paix d’Arusha mettant fin à la guerre civile, le régime de Bujumbura profite des divisions des acteurs internationaux pour renforcer ses pouvoirs.

 

Au Burundi, les disparitions forcées d’opposants et leaders de la société civile se poursuivent.

Dans un rapport rendu public en début de semaine, la Commission de l’ONU pour les droits de l’Homme a documenté, au fil de 236 pages, la longue liste des crimes attribuables à des responsables de l’État au plus haut niveau, à des officiers supérieurs du service de renseignement national, de la police, de l’armée et de l’Imbonerakure.

Les enquêteurs des Nations Unies expliquent que ce mouvement de jeunes du parti au pouvoir a reçu des instructions de commettre des violations des droits de l’Homme directement du bureau de la présidence. Ils relèvent aussi des insultes à caractère ethnique visant les Tutsis, qui ont créé un climat de haine et de terreur.

La commission de l’ONU appelle donc la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye à ouvrir une affaire pour « crimes contre l’humanité »

Belgique : pour venger son père, il égorge le maire et appelle la police

L’assassinat, dans la soirée de lundi 11 septembre, du bourgmestre (maire) de Mouscron, Alfred Gadenne, égorgé par un jeune homme qui voulait venger son père, plonge la Belgique dans la consternation.

BELGIUM-INVESTIGATION

L’élu du Centre démocrate humaniste (CDH) a été égorgé dans le cimetière de Luingne, un village de cette commune proche de la frontière française.

Nathan D., un jeune homme de 18 ans l’attendait alors que, comme tous les soirs, dans une sorte de rituel connu de tous, M. Gadenne s’apprêtait à fermer les grilles.

Nathan D. a lui-même appelé la police et expliqué qu’il n’y avait plus rien à faire pour sauver sa victime.

Selon les premiers éléments de l’enquête le jeune homme entendait venger son père, un ancien employé municipal, qui s’était suicidé en 2015, après son licenciement.

Selon le parquet de Tournai, Nathan D. aurait longuement prémédité son projet, attendant d’être majeur pour passer à l’acte afin de ne pas impliquer sa mère.

« C’est un drame qui a suivi un autre drame », explique son avocat. Une expertise psychiatrique déterminera le degré de responsabilité du meurtrier.

Ce crime survient alors que les violences envers les responsables politiques se multiplient.

Fils et petit-fils de maire, M. Gadenne était en fonction depuis 2006. Il avait succédé à un de ses collègues de parti, Jean-Pierre Detremmerie. Celui-ci fut exclu du CDH en 2009 en raison d’ennuis judiciaires et se suicida sept ans plus tard.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :